Ils adorent les milieux chauds et humides. Il n’est donc pas rare, en été et au début de l’automne, que nos nuits soient perturbées par ces pernicieux insectes…   La chasse à l’homme (mais aussi à de nombreux autres animaux) est une activité vitale pour la survie des moustiques. L’alimentation en sang est indispensable à leur reproduction. La séquence (repas sanguin, maturation des œufs et ponte) est répétée plusieurs fois au cours de la vie du moustique, et s’appelle le cycle gonotrophique. Seules les femelles se mettent en chasse de sang pour leur reproduction. Elles se nourrissent des protéines contenues dans le sang pour compléter la formation de leurs œufs. Avec les mâles vous ne risquez donc en principe pas grand chose… à vous de les repérer 🙂

Mais pourquoi les piqures provoquent-elles des démangeaisons

La première responsable est la salive injectée par madame moustique. Pendant la « prise de sang », afin de neutraliser nos plaquettes et de s’assurer que le sang reste liquide, le moustique injecte sous la peau de sa victime de la salive contenant un puissant anticoagulant. Il peut alors aspirer le sang sans risque de voir celui ci coaguler à l’air libre et boucher sa trompe. S’il n’est pas dérangé, une piqure de moustique peut durer 2 à 3 minutes, le temps de faire le plein.   La salive injectée va provoquer une réaction immédiate de notre système immunitaire et plus précisément des cellules inférieures de la peau (les mastocytes). Ces petites cellules détectent cette substance étrangère et à son contact, secrètent de l’histamine. C’est l’histamine produite par nos cellules qui est responsable de la sensation de démangeaison. Une auto-défense bien désagréable !

Pourquoi le fait de se gratter soulage-t-il la démangeaison

Tout se passe dans notre système nerveux. Les différentes informations sensorielles transmises à notre cerveau utilisent parfois des voies similaires bien qu’elles soient acheminées par des neurones bien distincts. Des interactions sont alors possibles entre les différents types de sensations. Le fait de se gratter provoque une sensation de douleur. Cette information transmise au cerveau prend provisoirement le dessus sur la sensation de démangeaison. En d’autres termes, le message « douleur au grattage » court-circuite le message « sensation de démangeaison » et procure une agréable sensation de soulagement. Ce soulagement est malheureusement momentané, car l’inflammation continue et stimule les fibres nociceptives. De plus, le fait de gratter les boutons de moustiques peut provoquer une plaie et une infection supplémentaire. Mieux vaut patienter ou appliquer les méthodes suivantes…car avec les piqures de moustique, vous l’aurez compris, on ne gagne pas au grattage.

Quelques astuces naturelles pour soulager la piqure de moustique sans se gratter

Frotter la piqûre de moustique avec du persil plat pendant quelques secondes, puis laisser reposer à l’air libre pendant 45 minutes, soulagerait la sensation de démangeaison (à condition de ne pas gratter durant ces 45 min…).   Une autre méthode consisterait à combiner l’effet d’un oignon coupé en deux à celui du savon de Marseille. Frottez donc énergiquement l’oignon sur la piqure (cette méthode est censée faire disparaître la sensation de démangeaison rapidement). Puis, lorsque cette dernière est calmée, appliquez du savon de Marseille, et enfin rincez abondamment pour que le bouton s’en aille à tout jamais (n’hésitez pas à nous tenir informer des résultats obtenus).   Bien que jamais prouvé médicalement, les feuilles de cassis broyées et le vinaigre blanc possèderaient aussi des vertus apaisantes.   Si aucun de tous ces prodigieux conseils n’a fonctionné sur vous, et si votre piqure continue d’envoyer à votre cerveau un message sensoriel de démangeaison, vous n’avez plus qu’à prendre votre mal en patience… Ce désagrément devrait cesser pour de bon au cours de la journée.